Création du Collectif GÉRANIUM à partir des oeuvres de Falk Richter

Ecouter pour parcourir

Il y a là un extérieur
et cet extérieur est aussi là à l'intérieur
il y a un monde et il vit en moi
il y a des lois à l'extérieur et elles sont aussi ici
et quand je regarde ce monde, les lois de ce monde vivent en moi et sont en vigueur en moi
et me gouvernent et me poussent dans des directions que je ne comprends pas du tout.

Ivresse - Falk Richter

Dans le cadre des travaux de fin d'étude en dernière année des Cours Florent, le Collectif Géranium a fait naître sa première création : GÉRANIUM, LES ÊTRES EN QUÊTE.

Cette création, primée dans les catégories meilleure actrice, meilleur acteur et meilleur collectif, après la représentation au festival des automnales du Cours Florent fut rejouée en Juillet 2018 pour le festival « ON n'arrête pas le théâtre au théâtre » de L'étoile du Nord et connut un franc succès.

 

LA PIÈCE

« Les Êtres en Quête » est la première création du Collectif GÉRANIUM. Fruit d'un travail de recherche long d'un an et demi, elle se construit à partir d'un montage de textes issus des différentes œuvres de l'auteur allemand Falk Richter.

Les membres de la troupe se sont approprié le texte avec honnêteté, engagement et humour.

« Les Êtres en Quête » est constituée d’une série de photographies saisissant les instants forts de la vie d'hommes et de femmes. D'employées et de cadres. De businessmen et de working-girls. Tous et toutes sont happé.es par le mouvement de la ville, par son incessant tourbillon qui donne parfois le tournis. En quête de sens, le corps épuisé et le regard vide, ils cherchent désespérément une collision qui mettra fin à cette angoisse permanente. La rencontre indispensable avec le corps d'un autre. Celle qui permettra de revenir à l’essentiel, à l’essence. Car finalement, ils savent, ils sentent que la vie n’est pas que travail, investissement, argent.

Ils savent que les meetings, les entretiens d'embauche et les stratégies marketing ne sont que des leurres. Que la vie n’est pas smartphone, réseaux sociaux et sites de rencontres.

Alors, ils essaient de créer du lien, un lien. De parler, de se toucher, pour sortir ensemble de cette errance, de cette solitude « atrocement insécurisante ».

Mais quand les relations prennent des allures d'investissements, comment faire pour ressentir quelque chose de vrai à nouveau, comment faire pour réapprendre à vibrer, ne serait-ce que l'espace d'une seconde ?

La mise en scène est collective : il s’agit de partir d’un plateau instinctif où chacun est force de proposition. Nous visons un engagement intime. Chacun d’entre nous s’efforce d’être au présent, de ne jamais reproduire afin d’être généreux, de s’ancrer dans l’imaginaire, et de faire ressortir l’individu au sein du groupe. Dans un désir de proximité, le quatrième mur est totalement éclaté, le but étant de réduire au minimum l’espace entre le comédien et le spectateur. Une fois les murs abattus, le foyer aboli, la spéculation devient possible.

Nous abordons le plateau sans notion de personnage. Celui-ci n’est qu’un dessin, un tableau extérieur. Nous sommes théâtralement nous-mêmes, de jeunes adultes qui s’approprient une parole dans une quête de l’intimité, où l’essentiel est de se révéler. Le travail sur le corps est une notion très importante pour le Collectif GÉRANIUM, ce qui explique la présence des comédiens tout au long de la pièce. Nous parlons d’un langage évolutif. Le chant prend le relais de la parole, le corps celui du chant, pour que les comédiens, allant jusqu’au silence, ne cessent jamais de communiquer.

L’art s’est épuisé dans un théâtre dont le naturalisme a relégué l’imagination et la fantaisie au second plan. C’est déjà trop loin. Pour nous, au contraire, imagination et fantaisie deviennent les maître-mots.

Ils nous servent d’outils afin de mettre en valeur ces textes presque autobiographiques et même si certains tableaux sont très concrets, il s’agit tout d’abord d’oublier pendant quelques instants le réalisme trop formel et le quotidien linéaire.

Pour ceci, nous nous armons de perruques et autres costumes. Nous voguons, par convention théâtrale, d’une figure à une autre, entre le public et le « nous ». Finalement, notre objectif est de faire entendre, de faire voir, sentir, le texte de Falk Richter. Le toucher du doigt ne suffit pas. Il faut l’attraper à pleines mains pour en saisir l’essence. Et c’est ce que nous essayons de faire, avec passion et humilité.

Mise en scène : Collectif GÉRANIUM

 

Mise en scène et Scénographie : Collectif GÉRANIUM

Distribution : Cécilia Anseeuw, Adrien Dewitte, Léa Delmart, Fiona Lévy, Margot Molvinger, Benjamin Voisin, Mathilde Weil

Créations musicales : Collectif GÉRANIUM et Mathilde Weil

Théâtre de L'étoile du Nord - Festival ON n'arrête pas le théâtre

2 & 3 Juillet 2018

Cours Florent - Festival des Automnales

26 & 27 Octobre 2016

Cours Florent - Travaux de fin d'étude

20 & 22 Juin 2016

Partenaires

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now